Festival Delco 2012

L’association TRIG, qui poursuit depuis 2006 son travail de création, diffusion et pédagogie autour des Musiques Expérimentales et des Arts Numériques, est heureuse de vous présenter la troisième édition de son Festival Delco. Cet événement est une fois de plus possible grâce à ses multiples partenaires. Il y a bien sûr les soutiens financiers mais aussi les soutiens logistiques et énergétiques. Merci donc à la ville de Nîmes et à tous ces lieux qui nous accueillent, aux structures qui combinent leur programmation au Delco, à la médiathèque Carré d’art et au légendaire disquaire 340 ms qui mettront en avant les productions des artistes invités.

Bon festival.

en suivant ce lien, téléchargez le programme détaillé du Festival Delco 2012 :

http://www.webtrig.org/wp-content/uploads/2012/04/programmeDELCOfest2012def.pdf

Vendredi 4 MAI 18H00 PRESENTATION DU FESTIVAL

Salle de conférence du Carré d’art • Entrée libre

Présentation du programme du festival Delco 2012 suivie de la projection du documentaire réalisé par Sam Harfouche, Marc Siffert et Fabrice Michel sur la venue d’Otomo Yoshihide au Festival Delco 2010.

Jeudi 10 MAI SOIREE D’ OUVERTURE DU DELCO FESTIVAL 2012

18H00 Vernissage Galerie From Point to Point

. place de la calade • Entrée libre

Vernissage de l’exposition collective réunissant Nicolas Roger Pène, Jean Marc Andrieu, Laurent Bourderon, Manuel Salvat, Thomas Bernardet.

… c’est délicat. C’est musical. C’est adéquat. C’est pentagonal.

19H00 CONCERT : MARTEAU MATRAQUE

. place de la calade.entrée libre

Avez-vous déjà entendu une fanfare free-jazz ? Le concept paraît fou. Le résultat l’est plus encore. Ça part dans tous les sens. C’est dérangé et déroutant. Mais Marteau Matraque va même plus loin. C’est free, d’accord. C’est jazz, très bien. C’est une fanfare, certes. Mais c’est aussi rock, et même punk.

C’est une performance musicale, mais également vocale. De sa voix sombre et torturée, Damien Grange évoque nécessairement Captain Beefheart. Marteau Matraque semble réinventer les expériences musicales et sonores complètement loufoques, que seules les années 70 avaient osé produire. Un son que l’on n’a pas l’habitude d’entendre. Une originalité qui ne peut être que louable pour une fanfare. Une expérience inclassable dans un genre déterminé, décapante et vivifiante.

Olivier BOST : Trombone/Composition • Damien SABATIER : Saxophone baryton • Baptiste SARAT : Trompette Emmanuel SCARPA : Batterie • Damien GRANGE : Voix

http://www.myspace.com/marteau4

vendredi 11 MAI 19H00 CONCERT : d999

Place du Chapitre • Entrée libre
Le collectif D999 multiplie depuis 2006 les projets musicaux allant de la performance audiovisuelle à l’installation sonore. Que ce soit dans son hommage à Russ Meyer ou dans son concert-installation Transistor, présenté au festival Delco 2010, sa géométrie variable et sa quête d’expérimentation remettent toujours en question l’idée même du concert.
Customiser une formation de jazz à l’aide d’électronique et de multi-diffusion, tel est le coeur du projet Quadrichrome, présenté cette année sur une place publique de la ville. Un trio instrumental joue un répertoire mêlant chansons et magmas musicaux et se voit obligé de composer avec un environnement sonore engendré par son propre jeu. Le public est immergé dans une musique qui joue avec les sources réelles et virtuelles. Cinq protagonistes : un batteur, un bassiste, un saxophoniste, un tritureur sonore et un spatialiseur se trouvent encerclés par leur public qui, lui-même, est encerclé par un système de diffusion sonore multi-points.
David CAULET : Saxophones • Olivier LETE : Basse électrique • Christian LETE : Batterie de Percussions • Jean-François OLIVER : Electronique • Marc SIFFERT : Spatialisation

www.myspace.com/cauliver

Samedi 12 MAI 14H00 WORKSHOP : samuel sighicelli

Périscope théâtre Inscription réservée aux élèves du CDR de Nîmes

Samuel Sighicelli a étudié le piano, la composition instrumentale (notamment avec Gérard Grisey) et électroacoustique, ainsi que l’improvisation. Il est lauréat d’un Premier Prix de composition et d’un Premier Prix d’improvisation générative au Conservatoire National Supérieur de Paris. Il a été en résidence à la Villa Medicis en 2003-2004. Ses oeuvres ont été jouées et/ou commandées par des structures comme l’Orchestre National de Lyon, l’Ina-GRM, Radio-France, l’ensemble Court circuit,l’ensemble l’Itinéraire, l’ensemble Icarus, le Ministère de la Culture, le Quatuor Arditti, le Collegium Novum Zurich, les Percussions de Strasbourg, l’ensemble Ictus, l’ensemble 2e2m, l’ensemble Cairn, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre National de Montpellier LR… Il se produit en tant que musicien-inventeur au piano et à l’orgue électrique au sein de la compagnie Sphota et avec le groupe de rock expérimental Caravaggio. Autodidacte en matière d’audiovisuel, il a réalisé des court-métrages, des vidéos pour la scène et des vidéos musicales. Son activité se répartit entre la composition instrumentale et électroacoustique, l’improvisation, les projets collectifs et la réalisation de formes scéniques et transversales (Marée noire en 2005, l’île solaire en 2009 et actuellement the need of cosmos). En 2012-2013-2014 Samuel Sighicelli sera compositeur associé au théâtre de la Renaissance à Oullins-Grand Lyon.

www.samuelsighicelli.com

Samedi 12 MAI 21H00 CONCERT :  MIKA VAINO premier partie: HAMA YÔKO

CSCS Valdegour • 6€, 8€ et 10€

Yoko Higashi est une danseuse buto, chorégraphe, compositrice, chanteuse et musicienne japonaise. Son projet solo Hama Yôko est un projet électro-pop influencé par la musique concrète. Une de ses compositions « Furies » se trouve dans la compilation du magazine anglais « The Wire » n°284, octobre 2007.

« Tension – détente, ruptures à ras la membrane, tapisserie horizontale, cinéma pour l’oreille … toutes les caractéristiques marchettiennes sont là avec les climats de pop décalée de Yoko Higashi. (…) cette pièce est sombre comme de l’huile de vidange, effrayante comme un polar, érotique comme les vibrations d’un moteur de Harley Davidson. » Metamkine

http://www.myspace.com/hamayoko

Mika Vainio : Il est à l’origine avec Ilpo Väissänen du groupe d’electro Panasonic formé à Barcelone en 1993. A l’origine ils se font appeler Panasonic mais se voient obligés de retirer un « a » suite aux pressions de l’entreprise du même nom. C’est lorsque Paul Smith voit un de leurs concerts en Angleterre qu’il les fait signer sur son label blastfirst sur lequel le groupe sortira son premier album, Vakio, ainsi que Kulma en 1997 et A en 1999. Pan Sonic ne cache pas son admiration pour Suicide, un duo techno formé par Alan Vega et Martin Rev avec qui ils feront un concert en mars 1998, mais également pour le compositeur français de musique concrète Pierre Henry ainsi que pour le célèbre groupe d’indus Einstürzende Neubauten. En 1998 ils enregistrent Endless avec Alan Vega (Suicide), prenant pour l’occasion le nom de VVV (en référence à leurs trois noms de famille). Ils feront de même en 2005 pour l’album Resurrection River. En 2003 Pan Sonic effectuent un duo avec le japonais Merzbow le temps d’un album. C’est en 2007 que sort le dernier album du groupe, Katodivaihe, sur le label Blast First, distribué en France par Differ-Ant. Il en va de même pour Gravitoni en 2010, qui met un terme à la course du duo après une tournée d’adieu. Vainio et Väissänen s’orientent désormais vers leur travail personnel à l’image du Vandal EP de Vainio sorti sur l’excellent label allemand Raster Notton.

Les solos de M. Vainio tournent sous son propre nom et sous des alias tels que O. Ils sont connus pour leur chaleur analogique et leur dureté électronique. Qu’il travaille sur des drones abstraits ou de la techno minimale, ses créations sont toujours uniques et physiques.

Mika Vainio est sur des labels comme Editions Mego, tactile, et Wavetrap Sähkö et a été produit avec Keiji Haino, Chicks on Speed, John Duncan et Bruce Gilbert.

http://www.myspace.com/mikavainioofficial/music

Lundi 14 MAI 20H00 concert : sighicelli – berthelot

Périscope théâtre • 6€

Le piano comme boîte à sons, comme petit atelier d’instants suspendus, plus petit que soi, mais le piano aussi comme montagne à déplacer, institution, pouvoir à renverser, beaucoup plus gros que soi …

Samuel Sighicelli compose, improvise et interprète une série de courtes pièces pour piano et mini-dispositif sonore de sa composition, dans lesquelles il fait mijoter des éléments simples, les tournant et retournant comme des obsessions, tout en les révélant peu à peu sous de nouveaux jours.

MUSICA DELLA LUCE

Passionnée de littérature, de philosophie et d’art contemporain, les projets artistiques de Pascale Berthelot s’aventurent et croisent tout autant les domaines de l’écriture poétique, les arts plastiques et l’improvisation que les formes de concerts les plus sobres, associant l’héritage des anciens à la liberté d’invention. Invitée régulièrement à se produire en récital, en formations de chambre et à jouer avec divers ensembles et artistes de différentes disciplines, elle joue également du clavecin, piano-forte et différents claviers électroniques. Pascale Berthelot fait partie de l’ensemble Hiatus. Elle enseigne au C.R.D de Nîmes où elle anime l’atelier 2001/espace d’étude et d’expérimentation artistiques. Elle interprètera ce soir là un choix de pièces pour piano de Ivan Fedele. La musique d’Ivan Fedele m’a touchée ; elle a fait remonter en moi un écho, du fond des temps. (…) Ce qui nous a rapproché est cette attirance fulgurante pour la blancheur irisée, l’éclat de lumière, l’exploration des terres inconnues, fascinantes et hostiles, parcelles inexplorées, en bordures du monde, limites à effleurer …

www.samuelsighicelli.com

www.myspace.com/pascaleberthelot

Mardi 15 MAI 18H00 VERNISSAGE EXPOSITION : ARG! une exposition d’Art-Act

Galerie Le Lac Gelé • Entrée libre

Art-Act est une entité binaire composée par Gaspard et Sandra Bébié-Valérian, à la fois artistique et théorique, utilisant les moyens de l’art pour une «invention du quotidien», une politique de la récupération et du détournement. Art-Act investit des dispositifs médiatiques comme le web, les plateformes de recherche sur les nouveaux medias, les actions urbaines et produit aussi divers objets plastiques. Ils présenteront lors de cette exposition plusieurs pièces, dont une installation interactive, jouable et chantable : « Revolustar », des hacks de gameboys avec : « Free Gameboy » ou des vidéos : « Autorun » Artistes engagés et producteurs de débats, non cloisonnés à un champ esthétique, ouverts à tout type de détournement et interfaçage électronique, lowtech notamment, articulant des logiques d’actualité (économie, historicité des conflits sociaux et révolutions), Art-Act cherche à vivre le quotidien par-delà le préconçu, le préfabriqué, affirmant l’autodétermination dans un élan créatif et récréatif. Le projet Revolustar a reçu une aide à la création de la Direction Régionale des Affaires Culturelles et de la Région Languedoc-Roussillon. Il bénéficie également du soutien de Kawenga territoires numériques, AADN, Oudeis et Autonome Vivance.

Mardi 15 MAI 21H00 concert : d’autres cordes

Périscope théâtre • 6€

police par franck vigroux

Compositeur, improvisateur, guitariste, directeur artistique, conducteur d’orchestre et vidéaste, Franck Vigroux évolue dans un univers où se croisent rock, improvisation, électronique, «hörspiel», théâtre, cinéma expérimental et musique contemporaine. Ses partenaires sont de nationalités et de tendances artistiques très diverses, il collabore notamment avec Marc Ducret, Bruno Chevillon, Hélène Breschand, Ned Evett, Joey Baron, Zeena Parkins, Elliott Sharp, Philippe Nahon, Kenji Siratori, Vincent Courtois, Push the triangle, Ellery Eskellin, Matthew Bourne, Ars Nova ensemble instrumental, Michel Blanc. Depuis 2000 il se produit en concert aux quatre coins du monde et fonde en 2004 sont propre label D’Autres Cordes records. Après une trilogie discographique remarquée : Triste Lilas (2003), Looking for Lilas (2004) Lilas Triste (2005), il enregistre avec Elliott Sharp pour le label de Radio France Signature l’album « Hums de terre » en 2006 (disque d’Emoi Jazzmagazine). En 2007 il écrit et réalise un moyen métrage « Dust» (DVD D’Autres Cordes). En 2009 il est lauréat Villa Médicis hors les murs et travaille pour le théâtre ; «Septembres» texte de Philippe Malone avec Michel Simonot et Jean-Marc Bourg. En 2010 l’ensemble instrumental Ars Nova joue sa pièce pour 10 musiciens et électronique Broken Circles, l’album live est classé parmi les disques de l’année 2010 par le magazine anglais The Wire. Il sort cette même année le disque «Camera Police» qui lui vaudra le surnom de «french jazz-rock-electronic genious» par le magazine anglophone The sound projector. En 2011 il est nominé pour le meilleur album et meilleur titre au Qwartz electronic awards et lauréat Prix Italia 2011 pour Radio France avec la pièce D503 commande de France Culture. Il travaille actuellement sur le spectacle « Nous autres » avec la chorégraphe Rita Cioffi. (…) sa musique, tout en charivaris, chambardements et «cut-up» neuroleptiques est l’une des plus excitantes qui se puissent entendre aujourd’hui … Libération Serge Loupien. Frank Vigroux adaptera en live l’univers sonore de son album Camera Police (publié en 2010 sur son label D’Autres Cordes records) constitué de sons électroniques, de matériaux électroacoustiques, ou encore de drones.

CAMERA : Franck Vigroux, Bruno Chevillon, Matthew Bourne et Michel Blanc.

Franck Vigroux réunit, avec le projet Camera, les musiciens Bruno Chevillon, Matthew Bourne et Michel Blanc. Comme un clin d’oeil à la musique chambriste, l’inspiration de Camera va du minimalisme américain à la musique industrielle européenne, de la free music à l’écriture contemporaine la plus stricte, où le compositeur met un point d’honneur à croiser sons fixés et geste instrumental. Spectacle soutenu par réseau en scène.

franck vigroux  et d’autres cordes records

MERCREDI 16 MAI PERFORMANCE et PROJECTION

Cinéma le Sémaphore • 4€

Baptiste Brunello

Le Pankratova de la poésie moderne, auteur, plasticien et trublion, rampe depuis plusieurs années dans un lac de sel … Baptiste Brunello commence à naître dans le Haut Jura au début des années 80 d’un père cantonnier et d’une mère caissière de supermarché. Une curiosité relative aux arts plastiques, doublée d’un goût marqué pour le mot, la fille et la musique pousseront très tôt l’ange chantant à l’échec scolaire… Baptiste Brunello s’oriente vers le textile, il devient tailleur avant de se spécialiser dans le costume de scène. Enthousiasmé par une rencontre, celle de l’auteur Alex Barbier, il s’autorise le projet d’être totalement artiste. À l’été 2000, il quitte la Franche Comté pour s’installer dans le sud de la France, il y travaille comme cariste et poursuit parallèlement des travaux plastiques, mêle performance et vidéo… Il est également peintre, piteux mais drôle. Largement soutenu par les éditions Nunu et Freshly Cut depuis 2004, Baptiste (sous le pseudonyme Testicule Billy Bandana) s’offrira de nombreuses occasions d’étaler ses propositions (notamment au nouveau festival du centre Pompidou, au Word Wide festival de Sète et à la Gaieté Lyrique). De tout temps j’ai rêvé de faire des concerts sauvages dans les cinémas, je ne connais pas d’espaces plus appropriés (feutre, gradin, public tout âpreté à recevoir en pleine gueule …). C’est en parlant de ce dessein pirate à mon ami Christophe Blanc que le crochet m’a pris à la gorge. Mes sets ont un caractère visuel fort, la vidéo y joue un rôle très important et n’a jamais vocation à édulcorer l’opération, c’est un travail à part entière, je suis dans la confusion des médiums, alors voilà quoi … le cinoche c’est de la balle !

Turkish Delights de Jean Lecointre

Artiste atypique de la scène graphique contemporaine, Jean Lecointre est un véritable chirurgien du collage numérique. Elève de Roman Cieslewicz, il puise son inspiration en disséquant toutes sortes de vieux papiers – magazines de mode, journaux, romans photos – pour livrer des ambiances étranges, évoquant tout à la fois l’univers de David Lynch période « Eraserhead » ou les associations déstabilisantes de Luis Buñuel. En 2003, Jean Lecointre passe à l’animation avec « Turkish Delights », une collection de péripéties pâtissières diffusée sur Canal + et co-réalisée avec Frank Secka et Fabien Caux-Lahalle. «Vous croyez être endormi devant le poste, quand tout à coup déboule le couple la Bûche, sur la route pour fêter Noël, en retard, forcément… Surgit le Père Noël, muni d’une tronçonneuse, qui, oh ! horreur, découpe la succulente tête molle de madame la Bûche, toute pimpante dans sa tenue de soirée. Non, vous ne rêvez pas ! Mais la bande-annonce est déjà terminée. Une minute a suffi pour vous plonger dans une parodie de Massacre à la tronçonneuse. On vous conseille tout autant Destination Pont-Aven (catastrophe aérienne avec Pat Sabley), les Fraises de glace (un hommage au maître Bergman), ou encore Lame de fond, un désastre balnéaire avec Brioche, le maître nageur, qui évoque furieusement les Dents de la mer. Millefeuille, une prise de tête godardienne, est également un délice. Mais il serait dommage de passer à côté de Coeur de vedette, épopée rock’n rollesque avec Palmietto, ou d’Amants amers, cette tragédie conjugale avec Amandine et Milena Pizz. Turkish Delights, ce sont quarante bandes-annonces, autant de péripéties pâtissières et de héros sucrés. Et à chaque fois un clin d’oeil d’une minute à un cinéaste ou à un genre cinématographique. Sur ce tempo très court, tout spectateur, petit ou grand, devine immédiatement à quel univers de film il a affaire.»

Diatkine Anne – Libération.

www.cinema-semaphore.fr

www.brnllo.blogspot.fr

www.jeanlecointre.com

Jeudi 17 MAI

17H00 concert du quintet neodyme

Galerie Audrey carbo • Entrée libre

Organisé en partenariat avec l’Association des Anciens Elèves du Conservatoire de Nîmes.

Formé en 2009, le quintette Néodyme se compose de cinq jeunes talents du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Etudiants dans la classe de musique de chambre de David Walter et de Michel Moraguès, ils ont voulu poursuivre leur aventure humaine et musicale, afin de défendre le répertoire pour quintette à vents, riche et varié, allant du classique (Danzi, Reicha, Lachner …) jusqu’aux compositeurs les plus contemporains ( Stockhausen, Ligeti, Escaich, Naulais …). Ils interprèteront pour l’occasion des oeuvres de Gyorgy Kurtag, André Jolivet, Olivier Messiaen, Gilles Silverstrini, Philippe Hersant, Gyorgy Ligeti. Pauline DE LAROCHELAMBERT : Flûte • Rémi GROUILLER : Hautbois • Floriane TARDY : Clarinette • Joffrey QUARTIER : Cor • Lomic LAMOUROUX : Basson

18H exposition : vent en cage

Galerie Audrey Carbo • Entrée libre

Diplômé de l’école des Beaux-arts de Perpignan, Philippe Jaminet mène un travail artistique qui « tourne autour» du vent. Objets du vent, installations éoliennes, écriture du vent, vidéos, diverses techniques lui permettent de mettre à l’oeuvre cet élément capricieux. Résidences d’artiste, expositions et collaborations diverses jalonnent son itinéraire, du jardin à l’art contemporain. Par ailleurs, études paysagères et créations de jardins entrent dans la gamme de ses activités et, depuis 2003, il s’occupe de Licence 3, un atelier de création contemporaine situé à Perpignan. La rencontre avec Marc Siffert permet aujourd’hui de «creuser» la question du vent, de son potentiel sonore et de développer des actions en commun.
Marc Siffert est contrebassiste de formation, il met en oeuvre ses qualités avérées de musicien contemporain sous différentes formes : créations danse, orchestre symphoniques (Chicago, Genève, Toulouse, Perpignan), musiques de films, musiques improvisées … Curieux des autres pratiques artistiques et de la place que peut y prendre la musique, il cultive les collaborations permettant de “déployer” l’univers des sons, leurs qualités et leurs modes de diffusion. Attentif au vent depuis sa collaboration avec Philippe Jaminet, il a mis au point un vocabulaire et un mode de diffusion spécifiques à cet élément. Ils recomposeront à nouveau ce duo pour une installation hybride et interactive, entre le son et l’art plastique … à vivre !
www.licence-3.com

SAMEDI 19 MAI

21H00 Concert : Marc siffert et guillaume seguron

Galerie Audrey Carbo • Entrée libre
De l’acoustique à l’électrique, de l’écriture à l’improvisation, du solo aux grands orchestres, Guillaume Séguron a toujours privilégié la pluralité stylistique. La musique est pour lui un espace ouvert dans lequel s’imbriquent des techniques instrumentales protéiformes et de multiples influences [cinéma, peinture, histoire…] Il traverse les univers et les pratiques musicales avec la détermination de celui qui se pose avant toute autre chose la question du «comment». Plus par attitude que par doute, il explore tôt plusieurs directions. Il mène conjointement un cursus universitaire d’histoire de l’art et d’archéologie, une activité de plasticien et des études musicales au conservatoire de Nîmes avec Georges Roques puis à Paris avec Bernard Cazauran et Jean–François Jenny–Clark. Très vite arrivent les premiers groupes de Jazz et de musiques improvisées, les orchestres classiques, les opérettes … On le retrouve ainsi se confrontant à des univers forts différents allant du rock à la musique contemporaine et du théâtre à la danse. Il mène conjointement une activité d’instrumentiste au sein de multiples ensemble ainsi que la direction de plusieurs projets dont il est l’initiateur. Marc Siffert, co-auteur de l’installation Vent en cage, et Guillaume Séguron confronteront leurs univers contrebassistiques dans un duo grave mais débridé.
www.cd1d.com/fr/artist/guillaume-seguron

23H HYPNOLOVE DJ set- soirée de clôture du festival DELCO 2012

Place du Chapitre • Entrée libre
Hypnolove est né dans le sud de la France et regroupe de véritables musiciens. Les 3 membres du groupe sont repérés par Jacques Lu Cont qui les place sur sa compilation Factory Remixed. Leur premier album « Eurolove » naît après la signature des Hypno avec Record Makers. L’opus est un brassage d’une multitude de styles musicaux. On y retrouve des compositions électro, des ballades, de l’italo disco chantée en plusieurs langues : français, portugais, allemand, italien et anglais. Hypnolove qui avaient percé avec leur titre Mademoiselle et leurs remixes de Sébastien Tellier, ont sorti en 2011 leur deuxième album «Holiday Reverie» signé sur le label parisien Record Makers, et produit par le britannique Mickey Moonlight. Avec leur son entre pop eighties et électro façon new-wave, ils proposeront pour cette dernière soirée un DJ set electro-dansant.
www.myspace.com/hypnolove

Les commentaires sont fermés.