Le mécano de la Général

Un film de et avec Buster Keaton

Le projet

Le Mécano de la Général (1926) est avec Steamboat Bill Junior et Go West un film-clé dans la trajectoire de Keaton et par-delà dans l’histoire du cinéma muet. Il nous a semblé intéressant d’y apporter un éclairage musical décontextualisé qui évite les clichés piano stride ou jazz New Orléans pour mieux accompagner le caractère intemporel du message qu’il véhicule (une histoire d’amour entre deux êtres et celle d’un homme comme les autres qui, par amour et par un invraisemblable concours de circonstances propres aux temps de guerre, par tenacité autant que par chance, va se révéler être un héros…) et ne pas l’enfermer dans une époque, celle du cinéma muet.

Rock, funk, musique électroacoustique, free jazz… Nous avons choisi d’utiliser nombre de pistes ouvertes par les courants musicaux du 20ième siècle et ceux du 21ième naissant. Sur une base contrebasse, basse électrique ; tourne disques manipulé et détourné ; vibraphone midi et batterie nous proposons de rendre en sons la matière tendre, tendue, romantique, dramatique mais toujours ludique (et sportive !) de l’univers visuel de Keaton.

Keaton mise beaucoup sur les « gags éclairs » réglés au cordeau et plus généralement sur le refus de tout immobilisme. De fait, le traitement musical choisi recourt en grande part à la technique du zapping sonore plus qu’aux longs développements. Nous accordons aussi une place essentielle aux sons nés de détournements d’objets et d’instruments souvent traités électroniquement. Les bruitages qui résultent de ces traitements, volontairement non naturalistes, sont autant d’échos au détournement d’objets du quotidien, ressort comique central chez Keaton.

Le déroulement

Avant la projection, il y a un court moment de présentation du projet aux élèves : contexte du film, pourquoi des musiciens dans un cinéma, comment le film va être projeté (en montrant l’appareil de projection au fond de la salle) etc…
À l’issue de celle-ci sera ménagé un moment d’échange libre sur ce qui aura été vu et entendu. Ce sera l’occasion pour les élèves spectateurs de poser des questions sur le traitement musical des images ou sur le film lui-même. Les instruments utilisés sont présentés à ce moment-là. Au cours de ce moment d’échange sont abordés notamment les questions de timbres, de climats sonores, de couleurs musicales, de traitement des sons par ordinateur. Certaines séquences musicales peuvent être reprises et détaillées à la demande des élèves.
Le film étant diffusé en 35 mm, le ciné concert est l’occasion pour les élèves d’appréhender le fonctionnement d’un appareil de projection et le métier de projectionniste.

Les programmes 2008 2009 préconisent en cycle 3, dans le cadre de l’histoire de l’art et plus particulièrement des arts visuels et de la musique « une rencontre sensible et raisonnée avec des œuvres que les élèves sont susceptibles d’apprécier ». Aussi nous destinons ce projet aux classes de CE2, CM1, CM2.

Le Synopsis

Johnnie Gray a deux amours : sa machine, une locomotive nommée « Général » et son inaccessible fiancée Annabelle. En pleine guerre de sécession, il souhaite s’engager comme soldat mais on juge qu’il sera plus utile comme mécanicien. Pour prouver qu’il n’est pas un lâche, il se lance, sur une autre locomotive à la poursuite des Nordistes qui se sont emparés de la « Général » et de sa fiancée. Après maintes péripéties, jeux de cache, cascades et autres actes de bravoure, il contribue à la déroute de « l’Union » lors de la bataille de Rock river, capture le général nordiste et triomphe sur tous les plans : militaire et amoureux.

Les Musiciens

Marc Siffert

contrebasse, basse électrique, objets
Médaille d’or conservatoire national de région, il a joué notamment avec le Skokie Valley orchestra of Chicago, l’orchestre national de France, l’orchestre du Capitole (Toulouse). Interprète de créations pour contrebasse solo en musique contemporaine (prix de l’académie Charles Cros), Compositeur pour le théâtre (Cie La rampe, Gargamella, Cie Quasi …) , la danse ( Cie la porte sud, les gens du quai, Faux Mouvement…) ; monteur son pour le cinéma d’animation ; création de dispositifs de diffusion sonore autour du vent notamment…

Jonathan fenez

tourne disque
Découverte éléctro du printemps de Bourges 2009, avec son projet solo « Monotype »,Il se démarque de la scène montpelliéraine par sa pratique et ses qualités d’improvisateur le conduit à intégrer divers projets de musique improvisée, de jazz, de théâtre et de danse contemporaine. Il crée, avec Aurélien Besnard le groupe « Ca dépend des Mouettes » et travaille avec lui au démarrage du label « Rude-Awakening Présente… ».Il enseigne à l’école de jazz « le JAM » l’électro-jazz en 2005/2006. Parallèlement, il travaille à la création et à l’interprétation de spectacles de danse contemporaine: depuis 2005 avec le chorégraphe Mitia Fedotenko de la compagnie « Autre MiNa », et Peter Nkogé de la compagnie Nboloh depuis 2010.

Jean françois Oliver

vibraphone midi, ordinateur
Il a suivi des cours de percussions classiques et de musiques improvisées au conservatoire de Nîmes où il a obtenu un Diplôme d’Etudes Musicales en 2002 (Grand Prix de la Ville de Nîmes).Son parcours d’interprète l’a amené à créer des œuvres pour percussions contemporaines de Alex Clapot, Rikako Watanabe, Jean-Luc Gergonne. Il se produit également en concert en tant que vibraphoniste ou au Laptop avec différents improvisateurs. Parallèlement, ses études de physique et de Composition Electroacoustique (aux côtés de Bruno d’Auzon) le conduisent à suivre la formation ATIAM à l’IRCAM en 2003. En 2004, il travaille au GMEM, Centre National de Création Musicale de Marseille, en tant qu’assistant musical aux côtés de Laurent Pottier (créations avec Olivier Renouf, Alex Grillo). En 2007, il obtient un DEM de Composition Electroacoustique au Conservatoire de Nîmes (Prix SACEM).En 2009, il est vibraphoniste dans le spectacle Le Recours aux forêts de Jean-Lambert Wild , Michel Onfray et Carolyn Carlson. Il est l’auteur de plusieurs pièces acousmatiques et mixtes, d’installations multimédias, de bandes son pour le spectacle vivant et le film d’animation.

Julien Mauri

batterie, objets
Bande son pour le théâtre : Rond au carré cie Faux Mouvement Petit Pierre, Le Journal de Grosse Patate (Centre ressources Molière), Mô et Des fins épilogues de Molière du metteur en scène Alain Béhar (scène nationale de Sète). Avec Marc Siffert bande son pour le film d’animation Eleféria. Ateliers psychothérapeutiques à médiation musicale pour le CMPP Châlon en Champagne, musique et contes en crèche, animations pédagogique en école élémentaire… Quartet Twits, trio Figurines sur le label Rude Awakening présente…

Quelques pistes pour la classe…

EPS : Concevoir et réaliser des actions à visée expressive, artistique et esthétique en lien avec le

FRANÇAIS : lecture, littérature, rédaction, vocabulaire et la Musique.
Le film peut être le point de départ ou l’illustration d’un travail sur le mime.
L’enseignant peut proposer à ses élèves d’écrire, à la manière d’un story-board, de petits sketchs à mimer. Ceux-ci peuvent être drôle, tragique etc… Il s’agira notamment d’être capable d’exprimer des sentiments, des jugements, des sensations, des émotions (Vocabulaire CE2/CM1/CM2).

ARTS PLASTIQUES : Il est également possible de bruiter ou de mettre en musique les sketchs à la manière du ciné concert.
Le travail pourra être présenté aux autres élèves de cycle 3 ou 2 de l’école. Les sketches peuvent également être filmés pour être présentés aux parents et à l’équipe pédagogique lors de la fête de l’école.

Sciences expérimentales et technologie (Objets mécaniques et transmission de mouvement) en lien avec les TICE, le français :
Recherche sur internet, création et mise en place d’une exposition au sein de l’école autour du cinéma ; création de panneaux qui détaillent le fonctionnement d’un appareil de projection (objectif, dérouleur, anamorphoseur…) et plus généralement autour du lexique « des mots du cinéma » : un écran, une cabine de projection…

Histoire et géographie, histoire des arts :
Le transport ferroviaire : se déplace-t-on toujours ainsi, qu’est ce qui a changé… le développement du chemin de fer dans la région au cours du 19 ième et du 20ième siècle
Une gare au 19ieme siècle recherches et résumé. On peut utiliser comme support les tableaux impressionnistes de la fin du siècle dernier, de Monet notamment.

Les commentaires sont fermés.